Cinéma le Cratère : Les Résistants du train fantôme et Combat d'amour en songe

 

Afficher cette newsletter dans votre navigateur

LOGO BLANC
 

Lettre d'information du Cinéma le Cratère

Rencontre avec Guy Scarpetta écrivain, critique

 
     
Mer. 13 juin 2018, à 20h30
Rencontre avec Guy Scarpetta coréalisateur du film. En partenariat avec le Musée de la Résistance et de la Déportation et le Comité de quartier Saint-Michel

les resistants du train fantome2

Les Résistants du train fantôme
Documentaire de Jorge Amat – France – 2017 – 1h24

Qu'est-ce que le « Train Fantôme » ? L'un des derniers convois de déportés, qui mit près de deux mois, depuis son premier départ de Toulouse, à transporter sa cargaison de prisonniers vers Dachau. Cela, en juillet et août 1944, alors que la France se libérait, que l'aviation alliée bombardait les gares et les voies ferrées, que les maquis faisaient sauter les ponts, sabotaient les rails. Un train où furent entassés, dans des wagons à bestiaux, autour de 750 déportés, dont une soixantaine de femmes, presque tous résistants, et de toutes les nationalités d'Europe, livrés par la police française aux Allemands

 

L’évocation saisissante d’un événement méconnu de la Seconde Guerre mondiale. Le réalisateur réussit à faire un beau travail de reconstitution, à travers de nombreux témoignages et des images d’archives saisissantes. Première

 

Guy Scarpetta présentera son livre Guido (Ed.Gallimard) Jeudi 14 juin 2018 de 17H00 à 19H00  à la Librairie Ombres Blanches

Librairie Ombres Blanches

Jeu. 14 juin 2018, à 20h30
Rencontre avec Guy Scarpetta Ecrivain, critique

lovetorninadream

Combat d'amour en songe
De Raoul Ruiz – Portugal, France, Chili – 2000 – Int : Melvil Poupaud, Elsa Zylberstein, Lambert Wilson – 2h00 – VOST

Un jeune homme au cœur pur, partisan de la liberté d'esprit, est confronté à la pression sociale qui ordonne de s'enrichir a tout prix. Un groupe d'enfants aveugles tente d'ouvrir les yeux de non-croyants à la foi chrétienne. Des religieuses transforment leur couvent en maison close pour pouvoir en payer le loyer. Ce sont tous ces paradoxes qui transforment ce conte pour enfants en une fable philosophique...

 

On peut voir dans son œuvre, sans doute, l’un des sommets de l’art baroque au cinéma, soutenu par une prodigieuse inventivité formelle (dans l’extravagance calculée des angles de prise de vue, la multiplicité des centres, l’usage intensif de la profondeur de champ, accentuant les paradoxes visuels rassemblés dans l’image, l’audace et les houles des déplacements de caméra). Mais il ne faudrait pas oublier que l’invention, chez lui, touchait aussi à la construction même des récits. D’où l’intérêt de ce film trop méconnu qu’est Combat d’amour en songe (le plus « ruizien », certainement, de tous les films de Ruiz, et l’un des plus éblouissants de sa filmographie), où les séquences narratives sont proprement générées par une combinatoire très précise de thèmes et de motifs hétérogènes, entrant en collision, se croisant, se superposant, suscitant de multiples interactions. Jusqu’à ce que le spectateur perde pied et doive se laisser entraîner dans les vertiges et les labyrinthes d’une imagination sans frein, débordant très largement le strict « système » qui en a donné l’impulsion. Guy Scarpetta - Mai 2016 - Le Monde Diplomatique

 

Guy Scarpetta présentera son livre Guido (Ed.Gallimard) Jeudi 14 juin 2018 de 17H00 à 19H00  à la Librairie Ombres Blanches

Librairie Ombres Blanches

   
         
    www.cinemalecratere.com - 95 grand rue St-Michel 31400 Toulouse    
 

 

Se désinscrire