Lettre d'information du Cratère : programme 143 + Wang Bing

Voir cette e-lettre dans votre navigateur.
                                       Lettre d'information
Le Cratère
Cinéma Art & Essai Recherche et Découverte
95 grand rue St-Michel
31400 Toulouse
Répondeur : 05 61 53 50 53
www.cinemalecratere.com
 
Missions et Services 
Le Cratère n'est pas une salle à part dans le concert des salles toulousaines, c'est la plus belle des petites salles dans ce créneau de programmation. 80% de sa ligne éditoriale est constituée de reprises après les grandes salles Art et Essai du centre ville. Le concept, de ce point de vue, est celui de cinéma de poche au sens de livre de poche, l'édition intégrale trés vite après la première édition, mais à un tarif moindre notamment pour les chômeurs et les bénéficiaires du RSA, ainsi que pour les étudiants...

Ami(e) du Cratère,

le nouveau programme est disponible (du 4 mars au 14 avril) vous pouvez le télécharger ici : programme164.pdf

et n'oubliez pas notre prochaine Rencontre :

WANG BING / UN MONDE EN SOI

mercredi 25 février 2015 | jeudi 26 février 2015 | vendredi 27 février 2015
en partenariat avec l'ESAV, le Musée des Abattoirs et Made in Asia, Festival des cultures d’Asie

alouestdesrails

WANG BING / UN MONDE EN SOI
En compagnie de François Amy de la Bretèque

 

 

 

 

wangbingProposé en écho à la récente exposition Wang Bing au Centre Pompidou, et à celle qui a lieu au Musée des Abattoirs du 30 janvier au 29 mars, ainsi qu'à la sortie en 2014 de deux ouvrages sur son travail, ce rendez-vous, initié par Le Cratère et Numéro 7, sera accompagné par François Amy de la Bretèque, historien du cinéma, qui a co-dirigé Wang Bing - Un cinéaste en Chine aujourd'hui (ouvrage collectif paru en avril 2014 aux Presses Universitaires de Provence)..

----------------------------

Le Musée des Abattoirs propose dans le cadre de la Chambre d'écho n°1 : Wang Bing l'exposition de deux oeuvres du cinéaste du 30 janvier au 29 mars 2015 : L'homme sans nom et Fengming, chronique d'une femme chinoise.

http://www.lesabattoirs.org/expositions/chambre-decho-ndeg1-wang-bing

----------------------------

« L’art n’a rien à voir avec le fait de donner à voir ce qui est beau. L’art, c’est le réel des gens, ce que nous pensons, nos questionnements sur notre vie, l’art c’est une interrogation, un regard sur soi-même »
Wang bing cité par Caroline Renard (Wang Bing - Un cinéaste en Chine aujourd'hui Ed. Presses Universitaires de Provence)

 ----------------------------

3soeursLes trois soeurs du Yunnan    Projection unique jeudi 26/02 à 20h30
Documentaire de Wang Bing - France, Hong-Kong - 2014, 2h33 - Prix Orizzonti lors de la Mostra de Venise en 2012 ainsi que la Montgolfière d'or et le Prix du public lors du Festival des Trois Continents.
Trois jeunes sœurs vivent dans les montagnes de la Province du Yunnan, une région rurale et isolée, loin du développement des villes. Alors que leur père est parti en ville pour chercher du travail, Ying,10 ans, s’occupe seule de ses soeurs Zhen, 6 ans, et Fen, 4 ans. La caméra de Wang Bing observe et accompagne durant plusieurs mois leur vie quotidienne.
"A sa manière habituelle, Wang Bing scrute patiemment cette réalité avec une sidérante ampleur du regard, une intelligence de ce qu’il filme, un sens inouï à faire surgir la douceur face à tant d’indigence et de rudesses. En refusant le morcellement pour, très concrètement, laisser la vie couler à l’écran, Wang Bing fait un peu plus que de seulement synchroniser le déroulement de la pellicule avec celui de la vie : il instaure, comme a son habitude, un rapport direct au monde. Quelle que soit l’échelle : filmer le silence pour ne pas abandonner ceux qui y sont relégués." Positif

 ----------------------------

alafolieA la folie    Présenté en avant-première - Projection unique vendredi 27/02 à 20h30
Documentaire de Wang Bing - Chine - 2014, 3h47
Dans une institution psychiatrique de la province du Yunnan, Wang Bing filme l'étage des hommes. Sa caméra s'attache à différents personnages internés : d'abord un muet, puis un jeune homme qui est là depuis peu de temps, un autre interné depuis 12 ans, un autre depuis 2 ans... Même si quelques soignants apparaissent de temps en temps, la plupart du temps les patients sont livrés à eux-mêmes. Ce sont des corps qui attendent, se révoltent comme ils peuvent, inventent des stratégies de résistance. Un homme a la permission de rentrer chez ses parents pour une courte période...
"De janvier à avril 2013, Wang Bing a filmé le quotidien d’un hôpital psychiatrique de la province du Yunnan. Dans cet espace où le seul air vient d’une cour hors d’atteinte car bordée de barreaux, le lit fait office de radeau – « les gens comme nous ne peuvent s’offrir que le sommeil », remarque un résident. En restant au plus près des patients qu’il identifie par leur nom, le cinéaste déchiffre leur mode de (sur)vie, réinjectant de l’individuel dans ce que l’institution s’entête à priver de sens." 

 ----------------------------

ouest des rails 1A l'ouest des rails    Projection unique samedi 28/02 à partir de 13h30 Diner chinois à 19h20 avec le festival Made in Asia
Documentaire de Wang Bing - Chine - 2004 - 9h Grand Prix - Festival International du Documentaire – Marseille 2003. Montgolfière d’Or - Jury Documentaire - Festival des 3 continents – Nantes 2003.
A Shenyang, dans la Chine profonde, Tie Xi est un gigantesque complexe industriel né au temps de l’occupation japonaise. Il a ensuite prospéré jusqu’à compter un million d’ouvriers avant 1990. Wang Bing a filmé de 1999 à 2001 la lente agonie des usines et des hommes dans l’effondrement final d’un système obsolète. En suivant au quotidien la descente aux Enfers d’une classe ouvrière autrefois promise à d’autres gloires par la Révolution chinoise, Wang Bing nous plonge au cœur d’une épopée moderne et il élève ces hommes et ces femmes au rang des plus bouleversants héros de cinéma.  Chacune des quatre parties intitulées « Rouille I » (2h04), « Rouille II » (1h56) « Vestiges » (2h56) et « Rails » (2h15) peut se voir indépendamment, car elles correspondent à la même histoire, mais vue d’un point différent...
"Seul et avec une simple caméra DV, Wang Bing transforme un documentaire sur la fin d'un complexe industriel chinois en une fresque apocalyptique d'une puissance politique, historique, humaine incroyable." Les Inrockuptibles

Se désincrire