Lettre d'information du Cratère : L'Azegado, ce soir à 20h30

Voir cette e-lettre dans votre navigateur.
                                       Lettre d'information
Le Cratère
Cinéma Art & Essai Recherche et Découverte
95 grand rue St-Michel
31400 Toulouse
Répondeur : 05 61 53 50 53
www.cinemalecratere.com
 
Missions et Services 
Le Cratère n'est pas une salle à part dans le concert des salles toulousaines, c'est la plus belle des petites salles dans ce créneau de programmation. 80% de sa ligne éditoriale est constituée de reprises après les grandes salles Art et Essai du centre ville. Le concept, de ce point de vue, est celui de cinéma de poche au sens de livre de poche, l'édition intégrale trés vite après la première édition, mais à un tarif moindre notamment pour les chômeurs et les bénéficiaires du RSA, ainsi que pour les étudiants...

L'Azegado

Ven 25 Mar , à 19h30
en compagnie du réalisateur Guy Chapouillié et en partenariat avec L'Amicale des Aveyronnais de Toulouse

azegado1

L'Azégado
documentaire de Guy Chapouillié - France 2014 - 1h40

A l’heure des fermes usines qui font des vaches des machines à pisser le lait, il y a encore des paysans qui travaillent et s’arrachent pour préserver une certaine idée de la vie à la campagne et du rapport aux animaux.

hubert filme mort cochon-2-49307Le film cherche à témoigner de ce combat, car il s’agit d’un combat. Il est un segment de vie d’une famille d’éleveurs sur le plateau de l’Aubrac, en Aveyron. Des gens de la terre qui tentent de résister à la lente décomposition des campagnes, alors qu’autour d’eux, des exploitations agricoles ferment et des services publics disparaissent ; des gens qui sont les héritiers d’une certaine idée de la vie ensemble, avec des gestes et des idées nourris de tradition et de modernité. Des activateurs d’une manière de vivre, qui ne respirent pas la nostalgie, mais qui esquissent une alternative possible à la catastrophe productiviste qui les guette. Des amoureux de leur territoire qui souhaitent tout simplement rester humains, vivre, rien que vivre, mais ça ne tient qu’à un fil.

"Je dirais que ce fi lm est à la fois un chant d’amour et une protestation. Je ne sais s’il s’agit d’une catégorie de militantisme moral, une forme particulière de solidarité avec ceux qui s’arrachent pour vivre de leur production, dans le respect de l’environnement, mais il doit s’agir de quelque chose d’approchant nourri à la source d’un humus humaniste sans lequel l’homme risque d’être très vite sans repères et perdu." Guy Chapouillié

Se désincrire