Lettre d'information du Cratère Angel

Voir cette e-lettre dans votre navigateur.
                                       Lettre d'information
Le Cratère
Cinéma Art & Essai Recherche et Découverte
95 grand rue St-Michel
31400 Toulouse
Répondeur : 05 61 53 50 53
www.cinemalecratere.com
 
Missions et Services 
Le Cratère n'est pas une salle à part dans le concert des salles toulousaines, c'est la plus belle des petites salles dans ce créneau de programmation. 80% de sa ligne éditoriale est constituée de reprises après les grandes salles Art et Essai du centre ville. Le concept, de ce point de vue, est celui de cinéma de poche au sens de livre de poche, l'édition intégrale trés vite après la première édition, mais à un tarif moindre notamment pour les chômeurs et les bénéficiaires du RSA, ainsi que pour les étudiants...

Angel

Cinespaña 2016 mercredi 05 octobre 2016 , à 20h30
en présence du réalisateur Stéphane Fernandez

angel

Angel
documentaire de Stéphane Fernandez- 2016-1h10
À 86 ans, Angel part sur les routes de son passé mouvementé entre France et Espagne. En compagnie de Domingo, il revisite les moments importants de sa vie au long d’un road-movie rempli d’émotions, de rencontres et de souvenirs. De Barcelone, où sa mère est morte sous ses yeux en 1937 dans un bombardement, à Toulouse, où il vit aujourd’hui. Entre temps, Angel a découvert l’exil à 10 ans, accompagné de sa sœur et de son frère âgés de 6 et 4 ans, sur les routes catalanes et dans les camps de concentration que les Français avaient érigés pour accueillir un peuple en déroute. Argelès-sur-Mer, la Dordogne… puis Lyon où la fratrie retrouve le père disparu. L’Espagne à nouveau, et notamment l’Aragon, quand, jeune militant anarcho-syndicaliste, Angel se fait arrêter, torturer et condamner à mort. Finalement, sa peine est commuée en 30 ans de réclusion et Angel passera 16 ans dans les prisons de Franco… Un voyage sur des lieux de mémoire, à travers le temps et les souvenirs d’un vieil homme qui a vu s’inscrire dans sa chair un bout de l’Histoire du XXe siècle.
Se désincrire