Traverse Vidéo 2020


Traverse Vidéo 2020

Ven 13 mars 2020 à 20:00

Rencontre avec les réalisateurs

 

Traverse Vidéo 2020

Parce qu’une pensée libre s’épand au _Cratère_, _Traverse, _dans une même lignée de recherches, de questionnements et dans le toujours prégnant amour du cinéma, plus encore, quand il diffère du prêt-à-penser ne peut se passer de cette étape-ci.Non pas parce que, désormais, tout le monde y vient enfin mais parce que c’est dans son ADN, _Traverse _programme des films qui parlent en corps, corps autre ; de l’entre-être. De films qui écrivent politiquement leur question du monde non en porte-voix mais en métaphore, poétiquement ce qui n’exclut pas la rudesse et la force.Ils ne s’enivrent pas d’un présent oublieux du passé mais construisent des itinéraires de mémoire.En animation de traits inachevés, solarisation cernant le corps, ou corps performatif en écrans superposés, images du réel ou numériques, _footage_ hollywoodien, de _L’Inhumaine _de L’Herbier ou de films de famille en noir et blanc lumineux, teintage, couleur en picturalité du plan, se modulent désespérée ou vibrant d’espoir, la revendication ou la simple quête de la place de l’humain dans la foule, dans la nombreuse humanité. Que l’on y réclame d’être reconnu comme celui que l’on est ou que de n’être plus inconscient d’en être qu’un infime répétitif, que l’on y fasse le travail de mémoire de la diaspora, que l’on y entraîne à penser sur le paysage marqueur d’idéologie, que l’on y espère pour l’enfant à naître le lieu où vivre, se mouvoir, danser, le film garde son poids de film, sa force de sensation.En effet, être pensant ne fait pas de l’expérimental un lieu de la théorie, sec, sans affect – même si le plaisir théorique peut être tout aussi jouissif – ; l’artiste s’y dit, il a parole filmique ; lui du hors-cadre implique le champ, s’implique dans ce champ. Pour réunir tous ces plaisirs-là, paradoxalement, paraphrasons le _Ogni dipintore dipingere/chaque peintre se peint lui-même _de Brunelleschi, l’Architecte théoricien de la Renaissance et de la perspective ; celui qui pratiquait la _tavoletta_, petite machine à voir et à manier en remplacement d’une maquette pour le calcul des proportions des monuments à construire, et qui implique totalement le regardeur en un point précis, d’où se calcule la perspective, précisément en fonction de la distance de la personne qui regarde, ce que la peinture adopte. Or même en respectant la perspective la plus mathématique, l’œuvre se différencie, dans la maîtrise ne s’efface pas la trace, le style de celui qui a fait. _A fortiori_, quand l’écriture filmique se découvre au fur et à mesure de la composition, qu’elle va vers l’image hors des critères ou les transformant, elle porte plus encore cette trace-là de celui qui fait.Ce film-là ne se résout pas plus dans la virtuosité technique que dans son sujet, dans le thème dans lequel on le rangerait pour éviter le désordre, le tumulte d’œuvres différentes ; il porte trace de l’humain qui l’a conçu… ainsi alors que la critique est sans fin comme le plaisir de parler de sa réception, des moments sont prévus pour en discuter avec les artistes présents, avec un autre plaisir d’entendre d’autres langues. • Programme :_Das Man_, Zachary Rombakis, 3min39, 2018, Étas-Unis, VO_Cercare Cercarsi / Chercher se chercher_, Francesca Bonfatti, 3min22, 2019, Italie, VO_Mum I’m Scurgry / Maman je suis très pressée_, Eleni Tomadaki, 6min40, 2019, Grèce/Royaume-Uni, VO_Amour écrit en Fer_, Aurélie Dubois, 11min, 2016, France, VO_Indicios_, Laura & Sira Cabrera, 6min59, 2017, Espagne, VO_Code_, Isabel Pérez del Pulgar, 5min48, 2019, France/Espagne, VO_Vigil_, Jil Guyon, 3min44, 2019, États-Unis, VO_Synchronicity_, Michelle Brand, 3min47, 2018, Royaume-Uni/Allemagne, VO_Collage 16_, Luis Carlos García Rodríguez, 6min30, 2019, Espagne, VO_The Human Factor / Le Facteur Humain_, Mounir Fatmi, 16min, France, VOSTFR_Displaced_, Alex Mendez Giner, 13min40, 2019, États-Unis, VOSTFR_Portrait of a Nation_, Victor Arroyo, 11min05, 2019, Canada, VO_Kosmos II — The Uncertainty_, Robert Cahen, Narcisa Hirsch & Ruben Guzman, 9min24, 2018, France, VOPerformance de Hsing-Fu Chung (Toulouse) https://traverse-video.org/vendredi-13-mars-cinema-le-cratere/

Nos Partenaires

Lettre d'information

Copyright © 2020 Cinéma le Cratère Salle Art et Essai de Toulouse - Tous droits réservés - mentions legales